Pixi.

Pixi is a creative multi-concept WordPress theme will help business owners create awesome websites.

Address: 121 King St, Dameitta, Egypt
Phone: +25-506-345-72
Email: motivoweb@gmail.com

Recherche d’emploi et crise sanitaire

À Centre étape, nous savons par expérience que la recherche d’emploi est une période qui peut s’avérer très stressante, et ce, même lorsque les conditions sont optimales. Ainsi, lorsqu’on se retrouve dans une crise sociale, telle que nous vivons aujourd’hui, il peut arriver que l’on perde espoir. Mais pourquoi ne pas essayer de voir la recherche d’emploi d’un autre œil et en profiter pour partir sur de meilleures bases?

 

Les conseillères en emploi et d’orientation à Centre étape s’entendent pour dire que, oui, il est possible de poursuivre sa recherche d’emploi même pendant la crise sanitaire. D’ailleurs, voici ce qu’elles ont répondu aux questions que beaucoup de chercheurs d’emploi se posent en ce moment.

 

1.     De quelle façon les chercheurs d’emploi peuvent-ils tirer parti du confinement?

 

LE TEMPS — Le confinement est un moment d’arrêt forcé pour la plupart des gens. Le plus dur dans la recherche d’emploi est souvent de trouver le temps de faire les démarches nécessaires. Le confinement offre (dans bien des cas) ce temps.

 

LA RÉFLEXION — Le chamboulement que provoque cette crise remet en question de nombreux choix individuels. Le confinement se révèle alors être une période d’apprivoisement de soi, où on est à même d’identifier ce qui est réellement important pour nous, ce qui a du sens, ce qui nous tient à cœur. Ces réflexions sont essentielles à une recherche d’emploi porteuse. En effet, prendre le temps de faire ce retour sur soi permet de mettre le doigt sur ce qui est satisfaisant pour nous et sur les critères à prendre en compte pour un emploi en accord avec nos désirs et nos besoins.

 

LA PRÉPARATION — La recherche d’emploi nécessite du travail au préalable : cibler les emplois qui seraient satisfaisants pour nous, refaire son CV pour qu’il soit clair et pertinent, rédiger une lettre de présentation qui servira de canevas pour les différentes candidatures, se familiariser avec les sites de recherche d’emploi, en apprendre davantage sur les stratégies de recherche d’emploi, etc. Le confinement peut être un moment où on prend enfin le temps de préparer adéquatement sa recherche d’emploi.

 

2.     Y a-t-il des moyens de minimiser l’anxiété générée par la crise?

 

Plusieurs trucs assez simples sont suggérés. D’abord, il est important de se limiter à une petite dose d’actualité par jour, pas plus. Les nouvelles étant rarement d’un ton léger et rassurant, réserver davantage de temps à autre chose de plus positif, de plus évolutif pour soi-même sera meilleur pour le moral. De plus, il faut éviter de penser au pire et se concentrer davantage sur les petites victoires du quotidien. Ça ne sert à rien d’essayer de se projeter trop loin puisque personne ne connaît l’avenir et vouloir tout prévoir n’apportera que du stress supplémentaire. Au contraire, il faut lâcher prise devant cette situation incontrôlable et en profiter pour prendre soin de soi. Faire de l’exercice physique ou pratiquer des techniques de relaxation sont d’ailleurs des habitudes saines à ajouter dès maintenant à sa routine. Puis, en cas de besoin, il y a des organismes spécialisés qui offrent de l’écoute téléphonique en urgence (Tel-Aide 418-686-2433).

 

3.     Est-ce possible de se faire recruter par un employeur pendant la période de confinement?

 

On ne se le cachera pas, même si quelques employeurs continuent de passer des candidats en entrevue par vidéoconférence, de façon générale, la crise sanitaire a lourdement affecté les possibilités d’embauche. Cependant, qu’il y ait peu de postes à combler en ce moment ne veut pas dire que les personnes responsables des embauches ne poursuivent pas leurs recherches en prévision de la reprise des opérations. C’est donc un bon moment pour être actif sur les réseaux sociaux professionnels. Améliorer son profil, créer des contacts en ligne sont des actions à prioriser pour se démarquer maintenant et en tirer profit plus tard.

 

Puis, ceux qui souhaitent se rendre disponibles dès aujourd’hui, oui, il y a des employeurs qui embauchent. Cette période de crise a généré des besoins spécifiques dans plusieurs entreprises essentielles (santé, transport, alimentation, sécurité, résidence pour ainés, agences). La plupart de ces postes sont temporaires, mais en plus de représenter une expérience supplémentaire sur un CV, il s’agit d’une contribution importante dans la bataille contre la pandémie.

 

4.     Comment Centre étape peut-il venir en aide aux chercheuses d’emploi confinées?

 

Centre étape déploie maintenant ses services par la télépratique, numériquement et par téléphone. Les conseillères de Centre étape peuvent donc aider les chercheuses d’emploi à cibler ce qu’elles veulent trouver comme emploi, à organiser leurs démarches, à refaire leurs documents de candidature, à explorer les domaines d’études et perspectives de carrière, et plus encore. Bref, le service individuel est le même, sauf qu’il est adapté à la distanciation physique exigée. De plus, le rythme de la cliente est respecté, tout comme la confidentialité et l’intégrité des données recueillies. Les conseillères demeurent attentives et ont à cœur de répondre aux besoins de toutes, tout en offrant du soutien en cette période difficile.

 

En espérant que ces réponses de la part des professionnelles en emploi de Centre étape vous amèneront le second souffle dont vous aviez besoin pour poursuivre vos démarches de recherche d’emploi. Pour plus de conseils ou pour entrer en contact avec une conseillère, composez le 418 529-4779 ou écrivez à info@centre-etape.qc.ca. Vous pouvez également nous suivre quotidiennement sur la page Facebook de Centre étape.

 

Merci à Camille Ferland, Élise Poulin, Hélène Tremblay, Sylvie Chouinard, toutes conseillères en emploi à Centre étape, ainsi que Caroline Savoie, conseillère d’orientation aussi à Centre étape, pour leur expertise et leur contribution à cet article.

 

En terminant, bon courage à tous et toutes, et surtout, n’oubliez pas que « Ça va bien aller! »

 

 

Par Priscille Gélinas, conseillère en communication et en emploi